Rhiza : Un héritage puissant

Redonner un sens à la mode. C’est à travers ce souhait que Rhiza tire toute son inspiration. Rhiza, c’est avant tout un hommage. Une métaphore tout droit venue de la Grèce antique, berceau historique de notre civilisation. Un pilier fondamental qui se retranscrit dans toutes les créations de la marque, qui a dévoiler sa première collection le mois dernier. Une première saison baptisée Songes d’une nuit d’hiver.
Un clin d’oeil qui n’échappera pas aux amateurs du théâtre Shakespearien, lesquels se rappelleront l’ensorcellement et la magie qui poussèrent deux couples à s’entrecroiser à l’issue d’une histoire complexe. Un mélange qui est à l’origine de cette première collection qui se veut à l’image de la “Femme Rhiza”: Audacieuse, authentique et originale.

Julia Tordjman, Créatrice de la marque Rhiza © ART AND PIECES

Qui se cache derrière Rhiza ?

Pour le moment, seulement moi. J’ai grandi à Paris jusqu’à mes 17 ans, puis j’ai passé un Bac international qui m’a permis de faire des études à l’étranger. Je suis donc partie vivre à New York pour étudier à la Parsons School of Design avec un majeur fashion/design et j’ai aussi pris des cours de spécialisation en psychologie, en entreprenariat et en textile.
Une fois de retour à Paris,  j’ai fait un stage chez Carven pendant plusieurs mois qui m’a permis d’apprendre au sein du studio de création et auprès des stylistes. J’ai endossé plusieurs rôles qui m’ont appris ce qu’était le monde en entreprise et qui m’ont amené là où je suis aujourd’hui.
J’ai ensuite fait une collaboration avec une marque de maille en freelance pour créer une collection capsule androgyne. Juste après cette expérience je me suis lancé dans la création de ma marque de prêt-à-porter féminin haut de gamme : Rhiza.

Parle nous de ton projet

Rhiza, c’est né d’une forte envie d’explorer le monde du textile et toutes les possibilités de créations amenées par cet artisanat. J’ai commencé par m’intéresser aux textiles en impression digitale et je me suis vite rendu compte qu’on pouvait tout créer à partir de ça, et qu’un concept pouvait devenir un fichier digital et ensuite un tissu en 4D. J’ai donc exploré cet artisanat et j’en suis venue à créer Rhiza afin de pouvoir mélanger certains textiles et apporter à la femme beaucoup de couleur et de matière dans une vie qui peut parfois paraître un peu terne.

Pourquoi Rhiza ?

Rhiza ? Ça veut dire racine en grec antique, c’était à la base un mot et une métaphore qui représentait ce que la culture grecque avait apporté à notre civilisation et notre culture moderne. Le concept est en quelque sorte lié à la Grèce, on va toujours trouver un lien que ce soit dans les textiles, les ensembles, leur histoire et les différents personnages qu’on crée, et ce pour quoi on les crée.

Un aperçu de l’univers Rhiza ?

La prochaine collection s’appellera Songes d’une nuit d’hiver en hommage à la pièce de Shakespeare et à un poème de Raymond Queneau. Dans cette histoire, on a une sorte de quatuor amoureux qui amène nos protagonistes à se retrouver promis à une certaine personne et à finir avec quelqu’un qui ne leur est finalement pas destiné. In fine, tout le monde se mélange, et c’est ce qui m’a donné l’inspiration pour la première collection de Rhiza, à savoir plusieurs ensembles à motifs et imprimés différents. Le but, c’est soit de porter l’ensemble qui aura le nom d’un protagoniste de la pièce, soit de le mélanger et aller le marier avec sa promise.

Trois mots pour décrire ta marque ?

Héritage, féminin, stand out.

La femme Rhiza, c’est qui ?

La femme Rhiza, c’est quelqu’un attaché à l’idée d’être remarqué en se démarquant des autres. Ça passe par l’achat d’une pièce ou d’un ensemble fort et qui aime marier les motifs, apporter de la couleur dans sa tenue. La femme Rhiza est une femme qui choisit ce qu’elle veut porter de jour comme de nuit, avec les accessoires qu’elle souhaite. Ça dépasse les tranches d’âge, mais la femme Rhiza aime avant tout se faire plaisir.

Un exemple de ce que l’on ne verra jamais chez Rhiza ?

Qu’est-ce qu’on ne verra jamais ? Des collants chair !

Comment vois-tu l’évolution de ta marque ?

Dans un premier temps, je me suis concentrée sur le prêt-à-porter, tout en imaginant une collection d’accessoires, et pour un futur proche, j’aimerais même développer une ligne d’accessoires et à terme une ligne de vase et autres objets pour la maison.
Dans un futur plus lointain bien sûr.
PS : je fais de la poterie.

Comment on s’y prend quand on est jeune créateur ?

Pour commencer, il faut s’en sortir, et pour s’en sortir, il faut des petits jobs. L’argent ne poussant pas dans les arbres, je me suis fixé un budget pour Rhiza et une autre enveloppe minime pour mes autres occupations. J’investis autant d’argent que d’énergie dans mon projet. Quand tu commences il faut aussi communiquer, ça veut dire sortir de chez toi, aller networker, aller parler à un maximum de personnes avec ton pitch en tête pour faire croître au maximum ta communauté et c’est vrai qu’au début ce n’est pas facile tous les jours.

La pièce indispensable à avoir dans son dressing selon toi ?

Pour moi, il y en a deux, la petite veste qui te donne une dégaine tout terrain, et cette petite robe qui dépanne et qui fait que tu te sens bien.

LES CONSEILS DE LA CRÉATRICE…

Combien de temps de préparation pour un outfit réussi ?

Pour moi ce n’est pas un concept temporel, c’est-à-dire qu’il y a des jours où je choisi ma tenue pour la semaine d’après, juste parce que je retrouve des vêtements tombés du cintre ou dissimulés n’importe où. Mais de manière générale, je m’habille en fonction du mood du jour, ça fait économiser du temps.

C’est quoi ton mood of the day ?

Ambitieuse… #BossMood

Trois “do” mode de l’hiver ?

– Le vert olive de la collection Rhiza.
– Marier un imprimé plus classique type tartan ou jacquard, avec un imprimé fleuri et toujours dans la même teinte de couleur.
– Les collants en dentelle, monogamés, imprimés qu’on pourra retrouver sur Rhiza et Art and Pieces.

Trois “don’t” mode de l’hiver ?

J’insiste, mais jamais de collants chair, jamais de legging et bien entendu : sandales-chaussettes.

Un mot pour conclure ?

#RhizaRoots

Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Le panier est vide Aucun produit dans le panier.



Langue